Le grand jour est arrivé !

A partir du moment où le gynécologue m’a annoncé que bébé pouvait naître sans danger, tous les sois et tous les matins j’avait ce genre de réflexion : « Peut-être dernière nuit avant de faire ta rencontre », « On profite de cette dernière journée, ce soir on ne dormira peut-être pas à la maison »… Mais c’est bien connu, c’est lorsqu’on n’y pense plus que ça arrive ! Après une dizaine de jours à me faire ces réflexions sans aucun changements, j’ai arrêté et me suis faite une dernière réflexion « Il arrivera bien un jour ! »

Le 27 juillet, rendez-vous avec la sage-femme pour un contrôle du col : « Oh bah madame, votre fils n’est pas du tout décidé à sortir ! Vous avez encore le temps ! » Pour info mon terme était prévu le 11 août. Ce même jour, cette même sage-femme m’a proposé de l’acupuncture afin d’agir sur le col mais avec le papa nous préférions laisser la nature faire ! De plus, mes parents étant à ce moment-là en vacances, je pense qu’il m’auraient tué si j’avais tenté d’accélérer la venue de bébé ! Je suis donc sortie dépitée de ce rendez vous ! J’avais tellement espoir qu’elle m’annonce une meilleure nouvelle !

Dans la nuit du 31 juillet au 1er août, grosses douleurs dans le ventre, vertiges et nausées ! A aucun moment le terme contraction ne m’est venu à l’esprit ! Je pensais plutôt à une intoxication alimentaire  ! Je prends donc un spasfon et me rendors comme si de rien pour me réveiller le matin en pleine forme !

1e août au matin, les douleurs ont disparues. Je me souviens, nous avions rendez-vous à la banque, mon conjoint me demande si je souhaite y aller à pied. J’opte pour la voiture, dans ma tête, sans conviction, juste histoire de me donner de l’espoir je me suis quand même dit « Sait-on jamais si c’est pour aujourd’hui ». (dans ma tête c’était, si j’y vais à pied et que je perds les eaux en pleine rue mon dieu la honte, et puis j’m’imaginais accoucher en une heure de temps ^^)

Nous voilà donc à notre rendez-vous, et je sens les douleurs revenir, douleurs tout à fait gérables ! J’applique ce que j’ai appris lors des cours de préparation et ne parle pas de mes douleurs au futur papa.

Nous rentrons à la maison, je m’allonge sur le canapé car les douleurs s’intensifient ! A 13 heures mon conjoint se prépare pour partir travailler, et je lui dit en plaisantant « Je serai toi je n’irai pas travailler… », ce à quoi il me réponds (c’était sa phrase pendant la grossesse) « Mais non on a le temps. » Pour monsieur, le terme était le 11 août, bébé devait donc arriver le 11 août (mon dieu, la naïveté des hommes !)

Il part donc au travail, mais pour ma part, les douleurs continuent de s’intensifier ! Je lui envoie donc un message à 14 heures en lui demandant de rentrer car les contractions s’accentuent ! (Les femmes ont toujours raison !). Il me prévient donc qu’il prévient son chef et qu’il arrive.

Je fais les derniers préparatifs et effectue quelques allers-retours dans mon escalier histoire d’aider bébé à arriver !

45 minutes se sont écouler, les contractions restent gérables mais sont plus rapprochées et plus intenses, toujours pas de papa en vue ! Et là un message (sachant qu’il a 30 minutes de route) « Ca va mieux ? » Euh…dois-je lui expliquer que ce n’est pas une gastro mais un accouchement qui se prépare ?!

Le futur papa arrive donc enfin, pas affolé du tout, il est 15h30, nous partons enfin direction la maternité. Je me souviens lui avoir dit « de toute façon, ce n’est pas pour aujourd’hui, on y va pour rien, ils vont faire un contrôle et nous renvoyer à la maison » (La sage-femme nous avait dit qu’en général on faisait toujours un voyage pour rien à la maternité)

Nous arrivons donc, il est 16h, la sage-femme m’ausculte, le col est ouvert à 1 ! Autant dire que la danse de la joie n’est pas pour tout de suite !

On fait un monitoring, les contractions sont en effet rapprochées, mais vu l’ouverture du col c’est loin d’être suffisant pour partir en salle de travail ! La sage-femme nous envoie donc marcher pendant une heure avant de refaire un monitoring pour prendre la décision de nous laisser rentrer chez nous ou non.

Contractions hyper-douloureuses (enfin, ça c’est ce que je croyais), montée de toutes les marches, même les plus improbables (genre le mini palier pour rentrer dans un magasin, tu vois ce que je veux dire ?!) Dans ma tête, il était hors de question de rentrer chez moi sans mon bébé !

Nous revenons donc à la maternité après nos multiples efforts et la sage femme nous annonce que les contractions se sont rapprochées (non sans blague ?!), et que mon col est ouvert à 1.5 cm ! Alléluia ! (C’est ironique bien sûr !)

Elle n’arrive pas à se décider si nous devons rentrer ou non et laisse donc la décision à l’équipe de nuit. Nous rencontrons donc une nouvelle sage-femme qui nous annonce qu’elle va nous installer dans une chambre en attendant. Le couple totalement à côté de la plaque, « on reste là ?! » « Ah bah oui c’est pour cette nuit »… Et là à ce moment-là, dans ta tête, c’est un mélange de toutes les émotions possibles et inimaginables ! La peur, l’angoisse, l’impatience, l’excitation… Et la douleur aussi… Surtout la douleur ^^

Il est minuit lorsque nous arrivons dans la chambre, la sage-femme me propose un espèce de calmant pour atténuer les contractions dites inutiles, car malgré l’acupuncture et l’homéopathie que le personnel médical m’avait fait quelques heures auparavant, les douleurs sont aussi intenses ! J’accepte avec grand plaisir, ce traitement me fera planer et me reposer pendant 3 heures.

3 heures plus tard, voyant ma tête décomposée, le traitement ne fait plus effet, la sage-femme dépité par le monitoring qui montre que les contractions sont plus fortes et intenses que jamais, mais un col ouvert à 2 (oui oui, seulement à 2 depuis tout ce temps), décidé malgré tout de m’amener en salle de travail et d’appeler l’anesthésiste pour la pose de la péridurale !

20 longues minutes plus tard, il arrive enfin et là je pense que j’aurai pu lui faire l’amour ! (Expression bien sûr je te rassure, mais tu comprends ce que je veux dire !)

N’ayant pas perdu les eaux, la sage-femme me perce la poche des eaux, il est 5 heures du matin elle me dit que je peux désormais me reposer, nous avons le temps, pas avant 8 heures.

A 6 heures les douleurs reviennent, je sens que quelque chose arrive, je tente de retenir (dans ma tête, c’était : si je pousse, il va sortir direct^^), la sage-femme refait un contrôle et surprise, mon bébé est près à sortir ! On s’installe, ça y’est la libération est enfin arrivée !

Après toutes ces heures à souffrir, en une heure de poussées, j’attrape mon bébé et pose son tout petit corps sur le mien ! L’émotion que l’on peut ressentir à ce moment-là est inexplicable !

Quelques complications ensuite, mais rien de bien grave. Nous sommes le 2 août, il est 7 heures, je suis devenue maman !

Si tu es future maman, mon récit t’angoisse peut-être mais si ça peut te rassurer, la première phrase que j’ai dite au personnel médical une fois mon fils né c’est « on se reverra pour le deuxième », crois moi la douleurs s’oublie en un instant !!

Merci la vie pour ce magnifique cadeau qui me comble de bonheur et qui a fait de moi une autre, une nouvelle personne, une maman tout simplement !

20170802_090224

 

Morgane, la parfaite maman imparfaite

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s